Isolation

Guide de l'Isolation

L’isolation de vos combles est une priorité pour la rénovation énergétique. En effet, il y a des pertes de chaleur provenant des toitures provoquant jusqu’à 30 % de pertes. En isolation les combles, des économies d’énergie peuvent êtres faites, tout ça pour un coût assez raisonnable (environ 53 €/m²). Une solution simple qui sera vite rentabilisée avec les économies sur vos factures d’énergie !

Isolation des combles

Avantages de l'isolation des combles​

Si vous avez besoin de renforcer l’isolation de votre maison, nous vous recommandons de faire d’abord l’isolation des combles. Découvrez les avantages de cette isolation :
  • économiser jusqu’à 30% sur la facture de chauffage
  • rentabilité rapide : en moyenne en 5-6 ans. Son faible coût est récupéré sur les importantes économies sur les factures.
  • bénéficier des aides pour diminuer grandement votre investissement : crédit d’impôt à 30%, isolation à 1€, TVA à 5,5%

Vos questions – Nos réponses

Il y a deux types de combles :

  • les combles aménagés : c’est l’espace se trouvant sous le toit qui n’est pas encombré par la charpente ayant généralement une hauteur de 1m80 sous la charpente. Dans le cas où l’angle de la pente du toit est supérieur à 30 %, les combles sont considérées habitables. Ce type de comble est généralement isolé avec des « rampants », consistant en un isolant en rouleau ou sous forme de plaque agrafée directement sur l’intérieur du toit.
  • les combles “perdus” : sont les combles inhabitables en l’état, à cause d’une une hauteur insuffisante sous plafond et/ou une trop encombrante charpente. Pour ce type de combles “perdus”, l’isolation se fait différemment – par soufflage d’isolant dans l’espace existant sous le toit. C’est une méthode très efficace et rapide à effectuer.

L’isolation de vos combles grâce à la pose d’isolant est très simple. Ce type d’isolation s’adapte facilement à toutes les toitures. En fonction de votre toit, vous pouvez choisir la forme d’isolant qui est la plus appropriée : des panneaux, des rouleaux, en vrac, etc.

Nous vous conseillons de faire appel à un professionnel, de préférence RGE si vous voulez bénéficier des aides, pour la pose de l’isolant. Ainsi, vous diminuerez votre budget isolation et en plus cela garantira l’efficacité de l’isolation. C’est bien plus intéressant, n’est-ce pas ?

Il y a de nombreuses offres pour des isolants sur le marché. Chacun type d’isolant possède ses caractéristiques et peut s’adapter plus ou moins aux différents types de toiture. L’isolant le plus utilisé est la laine de verre : plus de 75 % des foyers français font appel à ce type d’isolation pour leurs combles. Son succès est dû notamment à son excellent rapport qualité-prix. Toutefois, d’autres isolants d’origine minérale, végétale ou animale vous permettent d’obtenir une isolation performante.

Utilisez notre simulateur en ligne 100% gratuit pour simuler vos travaux d’isolation des combles et obtenir une estimation des économies que vous réaliserez sur votre facture actuelle de chauffage. Nous tenons compte de la nature de vos combles et du volume des chambres à chauffer. 

Isoler vos combles vous permettra de diminuer votre facture de chauffage jusqu’à 30% : une économie à prendre en compte ! Le coût de ces travaux d’isolation est abordable compte tenu des économies réalisées.

Il faut compter entre 18 € et 53 €/m² pour isoler des combles perdus et entre 35 € et 267 €/m² pour isoler des combles aménagés (si l’isolation est intérieure ou extérieure). En plus, vous pouvez diminuer le coût final grâce aux nombreux dispositifs d’aide à la rénovation énergétique.

L’isolation des combles représente une solution économique et rentable : vous récupérez votre investissement entre 5 et 6 ans !

La performance des isolants n’est pas la même car elle dépend de sa conductivité, mais aussi de son épaisseur ainsi que de sa résistance thermique. Pour l’optimisation de l’isolation des combles, la résistance thermique (RT) sur l’Existant a été définie par arrêté du 3 mai 2007. Elle recommande de se concentrer notamment sur les traitements de l’étanchéité à l’air et aussi des ponts thermiques. Concrètement, pour qu’une isolation soit efficace il faut qu’elle réponde aux exigences suivantes :

  • Résistance thermique : 4,0 m2.K/W en combles aménagés
  • Résistance thermique : 4,5 m2.K/W en combles perdus

La performance de l’isolant augmente avec la résistance thermique R. Ainsi, les critères pour être éligible au crédit d’impôt sont plus exigeants :

  • Planchers de combles perdus, rampants de toiture et plafonds de combles : résistance thermique ≥ 7 m2.K/W
  • Rampants de toiture et des combles aménagés : résistance thermique ≥ 6 m2.K/W

L’air chaud est plus léger que l’air froid et la chaleur de votre logement a tendance à monter vers le haut. C’est pour cette raison que les combles sont la première cause des pertes de chaleur de votre maison. En isolant votre toiture, vous pourrez réduire ces déperditions jusqu’à 30 % dans une maison individuelle et même plus pour un appartement au dernier étage. Si vous voulez diminuer jusqu’à 30% votre facture de chauffage alors isolez vos combles !

Nous vous rappelons vous vérifier votre éligibilité et définir les prochaines étapes, ensemble.​

Isolation des murs

L’isolation des murs intérieurs ou extérieurs vous permet de diminuer les pertes de chaleur de votre logement entre 20% et 25%. Si vous isolez vos murs, vous réduirez grandement vos factures de chauffage. D’autre part, l’investissement que vous ferez sera rapidement rentable. Les coûts sont à partir de 40 €/m² pour une isolation des murs intérieurs et à partir de 110 €/m² pour l’isolation par l’extérieur.

Quoi choisir entre l’isolation intérieure et l’isolation extérieure ?

Il y a plusieurs méthodes pour isoler les murs d’un logement. La solution la plus utilisée est l’isolation des murs par l’intérieur. Elle est aussi la plus abordable et a l’avantage de ne pas modifier l’aspect extérieur de la maison. Vous pouvez donc la réaliser sans une déclaration de travaux. En échange, le chantier peut s’avérer plus contraignant par rapport à l’espace occupé.

Le coût d’une isolation des murs par l’extérieur est supérieur, mais permet de conserver l’espace habitable intact et est une solution plus performante. Ce type d’isolation élimine les ponts thermiques et préserve ainsi l’inertie des murs, qui est importante pour le confort thermique en été.

Vos questions – Nos réponses

Vous pouvez amortir le coût de l’investissement de l’isolation des murs avec le crédit d’impôt. En effet, si vous ne le savez pas encore, un avantage fiscal de 30% peut vous être accordé pour des travaux de rénovation énergétique. Si vous n’êtes pas imposable, alors vous percevez la somme correspondante de la part des pouvoirs publics.​

En renforçant l’isolation actuelle de vos murs, vous pouvez réaliser de grandes économies de chauffage. Ainsi, vous pourrez non seulement chauffer votre intérieur de manière optimale, mais vous ferez en même temps un geste pour la planète. L’isolation des murs est une solution rentable et écologique. Son coût peut aller de 40 € à 80 €/m² pour une isolation par l’intérieur et de 110 € à 212 €/m² pour celle par l’extérieur. L’isolation des murs intérieurs peut s’amortir en quelques années grâce aux économies que vous allez constater sur vos factures de chauffage.

La performance d’un matériel isolant dépend de plusieurs facteurs : sa conductivité, son épaisseur et sa densité. Les matériaux les plus utilisés pour isoler les murs sont le polystyrène expansé et les laines minérales. Leur excellent rapport prix-performance constitue la principale raison de leur succès. Les laines de bois sont plus chères, mais assurent un meilleur confort thermique en été et une durabilité performante. Pour optimiser votre opération, la RT 2012, qui s’applique au logement neuf, a permis une prise de conscience quant à l’importance de l’étanchéité à l’air de l’enveloppe utilisée et aussi du traitement efficace des ponts thermiques. Pour l’isolation des murs par l’intérieur, il est important de veiller aux risques de condensation qui peut apparaître dans la couche isolante. C’est possible en protégeant les laines minérales avec un film pare-vapeur bien jointoyé.

Tout logement perd de la chaleur. Cela peut se faire par la nécessaire ventilation pour rafraîchir l’air qui est vitale pour ne pas laisser s’accumuler des composés toxiques dans votre habitation. Vous savez très bien qu’il faut aérer votre maison, mais pendant le processus il y a des pertes de chaleur. Par contre, une maison qui laisse passer trop d’air – avec les ouvertures fermées – devient une vraie passoire énergétique. Inutile de vous dire que les factures de chauffage augmentent dans les habitations mal isolées, n’est-ce pas ? L’isolation des murs est très importante pour minimiser les déperditions thermiques et ainsi transformer votre logement en une habitation saine, économe et écologique.

L’isolation des murs permet non seulement de diminuer les déperditions thermiques, mais aussi de vous protéger contre les nuisances sonores. La majorité des isolants disponibles sur le marché permettent ainsi le confort thermique et phonique à la fois.

Isolation du sol

Isoler votre maison doit faire partie de tout projet de rénovation car cela vous permet d’améliorer le confort de votre habitation et vous permet de faire beaucoup d’économies dans le temps. Pensez à isoler vos combles, les murs, mais aussi votre sol et améliorer la performance de vos fenêtres. Ce sont les sources de pertes de chaleur les plus importantes d’un logement.​

Isoler le sol de l’habitation pour diminuer les pertes de chaleur

Une habitation perd de la chaleur par toutes les surfaces en contact avec l’extérieur. Ainsi, en plus du toit et des murs, les pertes par le sol représentent jusqu’à 10% des déperditions de chaleur dans une maison et la facture de chauffage peut être réduite du même pourcentage grâce à une bonne isolation. En isolant votre sol, vous réduirez vos dépenses énergétiques.​

Vos questions – Nos réponses

L’isolation du sol peut se faire facilement lorsque la dalle concernée est accessible par en-dessous. Par exemple par la cave ou un autre local non chauffé. Dans ce cas vous pouvez poser l’isolant vous-même ou faire appel à un professionnel. Dans tous les cas, il faut faire attention aux finitions et à l’isolant choisi.​

L’isolation de votre sol vous permettra de réduire de façon durable votre facture de chauffage. Nous savons que ces factures peuvent être très élevées. Les travaux représentent certes un investissement mais vous pouvez en diminuer le coût grâce à un crédit d’impôt et à d’autres aides régionales. L’isolation du sol de votre habitation est une solution économique et écologique qui peut être rentabilisée rapidement.

Si vous isolez le sol de votre maison, vous réduirez l’énergie dont votre maison a besoin pour un bon confort thermique. Par ce geste écologique, vous agirez durablement pour préserver les ressources de la planète. Si vous voulez aller encore plus loin dans votre démarche écologique, il faudrait utiliser des matériaux écologiques (tels que chanvre, fibre de bois, cellulose, etc…).

Les caractéristiques techniques permettant d’établir la performance d’un isolant sont :

  • sa conductivité
  • son épaisseur
  • sa résistance thermique

Les déperditions de chaleur par le sol de votre habitation sont importantes s’il est mal isolé. Avec une bonne isolation, vous pourrez économiser non seulement de l’énergie mais aussi réduire par la même occasion vos factures de chauffage de 10% que ce soit à gaz, à fioul, au bois, ou à l’électricité.

Néanmoins, une question se pose : est-ce qu’il vaut mieux isoler votre sol par le dessus ou par le dessous ? Nous tenterons d’y répondre afin de vous aider à faire votre choix.

Si l’isolation du sol se fait sur le plafond de la cave, les travaux sont plus simples car le sol de votre rez-de-chaussée n’est pas impacté directement. La solution la plus simple consiste dans la pose de panneaux rigides isolants. Vous ne devez pas oublier les problèmes d’humidité si vous en avez. Une bonne isolation ne vous évitera pas de bien ventiler votre habitation. C’est mieux pour votre santé !

Pour réaliser l’isolation du sol par le dessus, il faut avoir accès à la dalle afin de retirer son revêtement – qu’il s’agisse de carrelage, du linoléum ou du parquet. Ensuite, il faut placer un isolant en bande dessous ou une plaque isolante. Néanmoins, l’isolant peut atteindre une épaisseur de 10 cm et poser ainsi des problèmes au niveau des portes ou des radiateurs. Il faut donc prendre en considération ces éléments pour ne pas compromettre votre rénovation du sol.

Nous vous rappelons vous vérifier votre éligibilité et définir les prochaines étapes, ensemble.​

Isolation de la toiture

La toiture d’une construction la protège contre les effets météorologiques comme la pluie, le vent, la neige et le soleil. La toiture peut prendre des formes multiples, notamment en fonction des traditions régionales ou des techniques de construction utilisées. Une grande diversité de matériaux peut ainsi servir pour le toit d’une habitation. Dans tous les cas, son intégrité garantit non seulement le confort des habitants mais aussi la pérennité de la construction qu’elle protège. Voici quelques conseils pour choisir la bonne toiture qui durera dans le temps et affrontera les rigueurs du climat de votre région.

La composition de la toiture

La toiture, comme vous le savez, est installée dans la partie supérieure d’une habitation. Elle s’appuie sur les murs porteurs et se compose d’une charpente ainsi que d’une couverture. L’espace situé à l’intérieur, entre ces deux composantes, porte le nom de “combles”. Il peut parfois être aménagé. Ce sont les combles qui accueillent l’isolation sous le toit. La charpente représente l’assemblage de poutres et de linteaux en bois (ou en barres métalliques) qui supporte la couverture. La nature de cette couverture varie d’une zone géographique à l’autre et aussi dépend du budget du constructeur. L’ensemble de la toiture est conçu pour permettre l’écoulement des eaux de pluie et aussi résister au poids de la neige dans les régions concernées, mais aussi aux effets du vent. En plus, une bonne toiture doit avoir une étanchéité et être esthétique.

Vos questions – Nos réponses

Avant de choisir votre toiture, renseignez-vous sur les règles d’urbanisme existantes dans votre commune. La toiture est un élément visible et qui détermine l’identité architecturale régionale et c’est pour cela que vous devez respecter toute une série de règles. Ces règles figurent dans le DTU (Document Technique Unifié) et les règlements des zones du Plan Local d’Urbanisme (PLU) que vous pouvez consulter en mairie au service urbanisme. Il existe de nombreux matériaux utilisés pour la couverture : ardoise, tuile béton, tôle ondulée, tuile romaine, bardeau de bois, acier, cuivre, matière plastique ou shingle.

Attention, tous ne sont pas forcément autorisés dans votre région. N’hésitez donc pas à contacter votre mairie avant de commencer à chercher votre toiture pour vous renseigner. Les autres critères à prendre en compte lors de votre choix sont :

  • le climat pour déterminer la résistance de la charpente et de l’isolation
  • la résistance au feu du matériaux
  • sa durabilité
  • l’esthétique (couleur, aspect, etc.)
  • son prix pour ne pas dépasser votre budget

Faire appel à des artisans charpentiers et couvreurs pour la pose de votre toit est une garantie de sa qualité et durabilité car ils ont le savoir-faire pour respecter toutes les règles de l’Art. Un professionnel de la toiture de votre région offre en plus une bonne connaissance et la maîtrise des techniques traditionnelles et usages locaux. Le prix de l’installation d’une toiture dépend du choix des matériaux de la couverture. Par exemple le prix du m² de tuiles en béton est d’environ 27€ alors que celui de l’ardoise peut arriver à 120€ !

Il est important d’entretenir régulièrement votre toiture afin de permettre à votre habitation de vous assurer le confort nécessaire pendant des dizaines d’années. Les mousses et lichens s’installent sur les tuiles de la toiture et retiennent l’humidité. Il faut donc empêcher leur prolifération car ils nuisent à l’étanchéité de votre toiture. En plus son esthétique est atteinte car une toiture verdâtre n’est pas très jolie.

Nous vous recommandons de procéder à un nettoyage annuel de votre toiture en pulvérisant un produit anti-mousse à basse pression. Cette opération s’appelle démoussage. Attention : n’utilisez pas de nettoyage haute pression car vous risquez de détériorer la couverture de votre maison et de compromettre, par la même occasion, son étanchéité. Ce démoussage régulier sera l’occasion idéale pour vérifier l’état de votre couverture et agir en cas de problème. Une tuile cassée ou alors un bardeau arraché peut gravement nuire à votre étanchéité sans même vous en rendre compte. Il faut immédiatement changer la tuile endommagée.

Pour un bon entretien de votre toiture, vous pouvez procéder à un traitement hydrofuge tous les 3 ou 4 ans. Ce traitement permet de limiter les risques d’infiltration d’eau et revitalise en même temps votre couverture. Si vous avez une charpente en bois, il faut la traiter tous les 10 ans contre les insectes xylophages.
Si vous appliquez ces entretiens réguliers à votre toiture, vous prolongerez sa durabilité. Ces dépenses seront compensées par sa plus longue durée de vie sans parler de celle de votre maison. Il serait dommage d’être obligé d’investir dans une nouvelle toiture juste parce que vous ne l’avez pas entretenue régulièrement, n’est-ce pas ?

Comment bien entretenir sa toiture
Lors de la construction ou de la rénovation de votre maison, le choix d’une bonne toiture est essentiel. C’est un investissement qui vous permettra d’augmenter la durée de vie de votre bien immobilier et de ne pas devoir la changer trop vite. Vous pouvez faire appel aux conseils d’un professionnel qui vous proposera des solutions adaptées à votre budget, abordables et performantes en terme d’isolation.